Instagram

Arts community survival guide Lesson 1 : keys for buyeurs

Back to listing
12 Oct 2016

Arts community survival guide

 

Lesson 1 : keys for buyeurs

                          

J’ai eu le plaisir d’être invitée à une conférence extrêment intéressante ayant pour volonté de fournir quelques clès aux amateurs et aux acheteurs d’œuvre d’art.

                          

Que doit on  faire pour que l’aventure du collectionneur soit bienheureuse ?

Comment faire en sorte que la relation à la fois rationnelle et émotionelle à l’œuvre soit positive ?

Les conseils furent nombreux et nous les partageons avec vous sous la forme de deux lessons  et de clès.

 

  1. Première clés : pour bien acheter, s’éduquer!

Pour ne pas céder à l’achat émotionnel et parfois irrationnel : il faut s’éduquer !

Depuis Marcel Duhcmaps l’art est conceptuel et requière pour le comprendre des connaissances.

La manière d’acquérir ces connaissances de bases est facile : il faut particper aux expositions, au foires, lire la presse spécialisée, parcourrir les biennales, lire, lire, lire et regarder ect.

Le marché de l’art aujourd hui représente une valorisation de 50 milliards et ce seul chiffre donne la mesure de son importance et de la nécessité de s’y intéresser…

 

                     

     2.  Le passeport de l’œuvre.

A l’achat, chaque œuvre doit comporter un certain nombre d’information et s’il existait un passeport pour les œuvres, le travail de l’acquéreur en serrait facilité.

En effet il faut s’assurer d’avoir quelques informations de base dont on pourrait oublier qu’elles sont indispensables : Titre de l’oeuvre, date d’exécution , photos, dimensions, technique, édition, état de l’œuvre (description), facture d’achat, provenance, bibliographie, historique, valeur.  Toutes ces informations font parties de l’œuvre. 

Néanmoins trouver ces informations peut parfois s’avérer difficile et vous devrez vous adresser aux galeries, à des experts, aux maison de vente ect.

 

    3. Le marché de l’art et ses deux marchés

Certains ignorent peut être que le marché de l’art est structuré entre le premier et le second marché.

Le premier marché est constitué des œuvres vendues soit direcetment par l’artiste ou les galleries le représentant tandis que le second est constitué par les œuvres vendues pour la seconde fois au moins par un acteur du marché.

Sur le second marché les maisons de ventes aux enchères ont vu leur chiffres d’affaires atteindre des montants vertigineux : 15.2 milliards d’euro en 2014 (soit plus 26% par rapport à 2013 et plus 100% en 10 ans)). A ces records globaux se sont ajoutés ceux sur la vente de certaines toiles ou sculptures qui ont été largement médiatisés.

                   

Le marché de l’art contemporain (artiste nés après 1945) représente aujourd hui 13% du marché de l’art.

Ses principaux acteurs par zônes géographiques sont la Chine qui avait pris la première place mondiale aux États-Unis avant de revenir au même niveau en 2016 (environ 353 milliards) suivis le Royaume-Uni (221,4 millions d'euros), et, à bonne distance, la France (29,2 millions d'euros). Si la Suisse semble être un tout petit acteur du marché, son influence est pourtant très importante de part ses fondations privées et l’existence de galeries historiques.

 

                   

 

Nos remerciements vont à Edward Mitterand qui nous a présenté cette première partie lors de la conférence.